Etienne Klein – Courts-circuits

Etienne Klein qui, très souvent, fait de la vulgarisation de la science possède deux casquettes : physicien et philosophe des sciences. Il écrit ce livre avec les deux casquettes mais surtout avec la deuxième. Un peu aussi comme philosophe tout court et comme historien des sciences.

Il pratique, dans ce livre, un exercice int√©ressant : choisir deux th√®mes qui √† priori n’ont rien √† voir l’un avec l’autre et essaye de trouver un lien entre les deux., ce qu’il appelle un “Court-circuit”. Ce sont dix chapitres, dix couples de th√®mes et dix court-circuits. Les chapitres peuvent √™tre lus dans n’importe lequel ordre – et m√™me saut√©s.

Parfois le lien peut √™tre parfois “capilotract√©” (tir√© par les cheveux), terme qu’il utilise parfois. Ils ont tous un rapport avec les sciences.

Parfois il est question des coulisses des d√©couvertes. Toute d√©couverte scientifique a ses coulisses. Et c’est souvent plus int√©ressant que la d√©couverte elle m√™me.

En fait, c’est un exercice de pens√©e que nous pouvons tous le faire. Prenez deux th√®mes quelconques que vous connaissez bien ou alors deux √©v√©nements que vous avez v√©cu. Le lien entre Einstein et les Rolling Stones part de son adolescence quand il avait dans sa chambre deux posters d’Einstein avec un poster des Stones entre les deux. C’est maintenant qu’il a voulu chercher un lien, autre que ses go√Ľts de jeunesse.

Citations

(p. 104)

Cet infini radicalement s√©par√© du fini et lui-m√™me d√©ployable √† l’infini semble n’√™tre qu’un probl√®me pour math√©maticiens √©pris de haute voltige. Pour Cavaill√®s, j’ai l’intime conviction qu’il posait de surcro√ģt deux questions fondamentales d’ordre moral : comment doit-on vivre quand l’infini se transmute en r√©f√©rence existentielle ? Et comment faire pour l’inscrire dans la finitude de sa propre vie ?

(p. 110)

Quant √† la philosophie, elle ne doit pas selon lui (Jean Cavaill√®s) se couper des sciences, encore moins de la raison. Elle doit m√™me ambitionner de devenir une “th√©orie de la raison” en s’inspirant davantage des math√©matiques que de la litt√©rature, de la m√™me fa√ßon que Spinoza, dans son √Čthique, proc√©da de fa√ßon rigoureuse, par d√©finitions, axiomes, scolies et corollaires. Car philosopher, c’est d’abord et surtout comprendre, c’est-√†-dire effectuer des d√©monstrations, construire des preuves, et non se r√©pandre en confidences subjectives. La recherche de la v√©rit√© proc√®de d’une esp√®ce d’asc√®se : elle exige de ne pas se laisser parasiter par les “passions tristes”, l’√©panchement des √©tats d’√Ęme de l’intellect, l’exhibition complaisante des affres du cogito, encore moins par les parades de l’affect ou de l’ego. Elle implique en somme qu’on “s’oublie un peu”.

Ce que Jean Cavaillès fit Рbeaucoup.

Table de Matières

  1. Faire et penser. Le parti pris de Pascal
  2. Effroi, donc joie. Leçons de Michel Serres (1930-2019)
  3. Einstein, des Stones
  4. La raison rend-elle raison de la déraison ?
  5. L’infini √† la face du fini. La morale d’acier de Jean Cavaill√®s (1903-1944)
  6. Sexe “faible”, sciences “dures”
  7. L’imagination au secours de la r√©alit√©
  8. Les mots et l’impesanteur
  9. Images, mirages et canulars
  10. Hasard et destin

Quatrième de couverture

“Par habitude, par n√©cessit√© ou en raison de la faiblesse de notre intelligence d√©pass√©e par le tsunami des savoirs et des informations, nos fa√ßons ordinaires de nourrir la vie des id√©es consistent √† la d√©couper en secteurs, √† la compartimenter en disciplines, √† l’atomiser en petites sp√©cialit√©s √©tiquet√©es bien comme il faut. Il s’agira ici de suivre le chemin inverse, de briser les enclos, s’encanailler, provoquer des courts-circuits au petit bonheur la chance et, si possible, des √©tincelles.

D’associer des √©l√©ments trop souvent s√©par√©s dans les analyses : physique et philosophie, pens√©e et action, r√©alit√© et imagination, hasard et destin, infini math√©matique et engagement existentiel, intelligence analytique et courage physique, Einstein et Rolling Stones, image et mirage, langage et impesanteur, raison et d√©raison… Mettons le nez dehors, inventons une chimie nouvelle, b√Ętissons des mol√©cules litt√©raires √† partir d’atomes disciplinaires ! “